Menu

Nos propositions, priorité à la Prévention

PREVENTION - SANTE/ENVIRONNEMENT - COOPERATION DES MEDECINES - MEDECINES ALTERNATIVES



La santé est le sujet le plus important qui soit. Pourtant, la France s’obstine à pratiquer une politique de la maladie au lieu d’une véritable politique de santé. Nous traitons toujours plus les conséquences avec si peu de moyen pour traiter les causes.

Le recours aux soins de santé, leur coût social et leur coût humain pour les individus, pourraient être fortement réduits si des investissements étaient consentis dans la promotion de la santé et dans la prévention. La promotion de la santé doit donner aux citoyens les moyens d’améliorer leur santé et d’en assurer une plus grande maîtrise.



Réorienter profondément la politique de santé publique vers la prévention

  • Mettre en débat une Loi de santé publique pour redéfinir les objectifs, l’organisation et le financement en les réorientant profondément vers la prévention
  • Adopter une stratégie de prévention articulant la santé dans toutes les politiques et la promotion de la santé
  • Comprendre que la pédagogie, l'éducation à la santé sont les premières médecines

Lancer une vaste décentralisation des soins

  • Garantir une égalité dans l’accès aux soins dans tous les territoires
  • Instaurer un Moratoire immédiat sur les fermetures de services
  • Réorienter le système centré sur l'hôpital vers un système centré sur les soins primaires et les soins à domicile.
  • Accompagner la création de centres de soins primaires de proximité. Ces centres comprennent l'ensemble des professions médicales et paramédicales, avec une répartition des rôles qui ne fait intervenir le médecin que pour les cas les plus graves,
  • Développer les soins en maison de retraite et à domicile, y compris pour des soins médicaux relativement complexes
  • Organiser des territoires de santé pour répondre aux besoins des patients par une offre médicale adaptée et complémentaire entre les soins de proximité et les soins spécialisés

Etablir la liberté thérapeutique

  • Rendre au médecin la liberté de soigner et donner au patient la liberté de se faire soigner comme il le souhaite
  • Reconnaître la primauté de l’acte médical sur les contraintes administratives. Passer d’une logique administrative et gestionnaire à une construction en réseau sur le territoire qui donne la priorité aux patients et aux médecins.
  • Supprimer les Agences Régionales de Santé (ARS) et organiser la démocratie sanitaire dans les régions
  • Modifier le système des mutuelles d'entreprise obligatoires, les salariés n’étant plus libre de leurs choix de santé
  • Dénoncer la convention médicale qui lie les caisses, les médecins et les patients qui ajoute une clause honteuse de prime à la performance
  • Revoir la rémunération à l'acte avec des lettres-clefs qui entraîne un effet pervers avec l'augmentation des actes, donc la diminution de la qualité des soins

Une véritable éducation à la santé

  • Mise en place d’un plan national ambitieux d’éducation à la santé.
  • Développer l’éducation à la santé et à la nutrition dans le programme de la formation des professions de santé.
  • Inscrire l’éducation à la santé aux programmes scolaires.
  • Former les professeurs à l’éducation à la santé.
  • Instituer un corps professionnel d'éducateurs de santé formés à la prévention pour tous les âges et tous les lieux, dans les entreprises par exemple.
  • Privilégier les écoles, universités, entreprises, maisons de retraite, hôpitaux, prisons et centres de rééducation pour enseigner la nutrition et la santé
  • Promouvoir l’activité physique pour tous
  • Rééquilibrer les horaires et calendriers scolaires de façon à permettre aux jeunes d'avoir plus de temps pour l'activité physique, mais aussi leur faire choisir leur sport.

Une alimentation saine et de qualité

  • Instaurer l'alimentation biologique de proximité sur tous les points de restauration publique, ainsi qu'une option végétarienne.
  • Créer un Plan National pour l'Alimentation Locale, Biologique et Solidaire.
  • Diversifier la production, la vente directe, les marchés bio et favoriser l'autoproduction alimentaire.
  • Multiplier les jardins partagés et promouvoir la permaculture comme la biodynamie
  • Convertir les terres en agriculture biologique dans un délai de 20 ans
  • Supprimer l'irradiation et l'ionisation des aliments.
  • Promouvoir l’allaitement

Préserver la santé en préservant l’environnement

  • Reconnaitre l'électrohypersensibilité comme pathologie environnementale.
  • Création de zones blanches habitables.
  • Passer de 0.6 V/m à 0.2 V/m pour le niveau d'exposition des micro-ondes en intérieur.
  • Sortir de la chimie toxique par une législation adéquate et la prise de conscience active des consommateurs
  • Rechercher puis interdire l'utilisation de tous produits nocifs pour la santé pour tout ce qui est proposé au public, qu'il s'agisse de son habitat ou de tout bien de consommation
  • Interdire l’utilisation de pesticides dans touts les espaces publiques et inciter les citoyens à en faire de même

Repenser et adapter la politique vaccinale

  • Appliquer la liberté vaccinale
  • Mener au niveau européen une réflexion globale à travers études et recherches pour évaluer l’efficacité et la pertinence du recours à chaque vaccin
  • Assurer la formation des médecins et le choix éclairé du patient. Une information préalable indépendante et objective doit être délivrée, tant aux médecins qu’aux patients
  • Assurer l’enregistrement systématique des effets secondaires en sensibilisant médecin et pharmacien
  • Agir pour que des organismes publics neutres étudient objectivement l'efficacité et les complications des vaccins.
  • Interdire la délivrance de vaccins contenant des adjuvants et excipients dont la nocivité est connue (mercure, aluminium)

Transparence et démocratie sanitaire

  • Mettre en place un Comité National de Veille Sanitaire et Environnementale composés d’experts indépendants
  • Organiser une déclaration par les malades eux-mêmes des effets indésirables de leur médication.
  • Informer clairement les Français des risques liés à une action de dépistage (cancer, Alzheimer...).
  • Développer une pharmacovigilance plus efficace en temps réel.
  • Promouvoir la biosurveillance.

De nouvelles règles pour les médecines non-conventionnelles

  • Définir un cadre légal et réglementaire mieux adaptés et issus d’évaluations scientifiques incontestables
  • Soutenir la mise en place de structure de formation avec reconnaissance des diplômes
  • Etablir la prise en charge par la Sécurité sociale à l’identique des autres soins.
  • Structurer, organiser et professionnaliser les approches non-conventionnelles qui peuvent être alternatives ou complémentaires.

Nos propositions, priorité à la Prévention